Georges Brassens scruté dans l’intimité par Robert Doisneau

Une grève de la SNCF n’a pas permis à Annette Doisneau et Francine Deroudille, filles de Robert Doisneau, d’être présentes à ce grand rendez-vous.  J’ai retrouvé quelques copains autour de cette belle exposition, inaugurée par les édiles de la bonne ville de Sète, et de l’incontournable Régine Montpays, Conservateur du Patrimoine, et Directrice de l’Espace Brassens .

Deux lieux d’expositions sont proposés du 8 octobre au 31 décembre 2011; à la Chapelle du Quartier Haut, rue Borne, et à l’Espace……

Trois rencontres : Tout d’abord celle de décembre 1953, au métro Glacière avec un clochard, sous un pont de Paris avec deux enfants, tenant dans leurs petites mains de gros pains! – Puis 9 ans plus tard, à l’Olympia, dans sa loge, Georges Brassens tentant d’ accorder sa guitare, face à Bruno Coquatrix qu’il n’aimait que peu ! Lorsque au téléphone , c’était l’homme au cigare qui decrochait, Georges Brassens lui disait : “Passe moi le petit” ( N’est-ce pas mon cher Jean Michel Boris ?) – Puis en septembre 1972, les clichés de Robert Doisneau sont pris  chez georges Brassens dans son appartement de la rue Santos -Dumont, en présence de Pierre Nicolas, et de René Fallet….

15 photos sont exposées à l’Espace Brassens – 28 à la Chapelle du Quartier Haut ( en grands formats  50×90 et 180×180, un vrai régal)

Notre ami Georges Granier, cousin et filleul de Georges Brassens,  et son épouse, étaient venus en “voisin”, pour notre plus grand plaisirGeorges Granier parlant d'Edith Piaf !

Share

One Response to Georges Brassens scruté dans l’intimité par Robert Doisneau

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>