Georges Brassens : Chansons des autres 4/5

Je vous ai proposé une grande ballade chantante, à travers celles et ceux qui ont bercé l’enfance de Georges Brassens, des poètes, des musiciens, des chansonniers, dont les œuvres restent, notamment sur ces fameuses partitions musicales… Celui qui a certainement le plus influencé Brassens, avec l’orchestre de Ray Ventura et ses Collégiens, est, surnommé le Fou Chantant, Charles Trenet, né le 18 mai 1913 à Narbonne, il est mort à Créteil le 19 février 2001. Trenet rejoint Paris à 16 ans après un séjour en Allemagne, où résidaient sa mère et son second mari. Il travaille dans un studio de cinéma, rencontre Jean Cocteau et Max Jacob, poète, romancier et peintre. Il forme le fameux duo Charles et Johnny ( Johnny Hess) en 1933, et ils offrent à Jean Sablon une chanson qui deviendra un classique :Vous qui passez sans me voir ( Grand Prix du disque 1937). Son service militaire accompli sur la base d’Istres, il commence une carrière en solo. Durant la seconde guerre mondiale, il se consacre essentiellement au cinéma( Adieu Léonard – Je chante – Romance de Paris), chante plusieurs fois devant des Allemands, et doit passer devant la Commission d’Epuration, qui le blanchit in-fine. Malgré des déboires judiciaires ( 26 jours d’emprisonnement aux USA en 1948, pour soupçons d’homosexualité, et 28 jours de prison à Aix en Provence pour outrage à la pudeur et attentat aux mœurs ) il continuera sans relâche à produire de purs chefs- d’œuvre; La mer, Nationale 7, L’âme des poètes, Moi, j’aime le Music-Hall, chansons qui viennent s’ajouter à Je chante, Y’a d’la joie, Douce France, Fleur Bleue, Boum, etc……une douzaine de livres dont La route enchantée ( présenté par Serge Gainsbourg en 1981), autant de films de 1938 à 1965, dont Frederica de Jean Boyer, près de 800 chansons…. Une de ses citations que j’aime particulièrement : Chez moi, il y a un rêve permanent. Je ne vois pas les choses telles qu’elles sont. Il rencontrera bien entendu Georges Brassens, qui a souvent répété que Trenet avait été son idole dés son adolescence. Le 26 février 1966, pour l’émission La la la sur la 2ème chaine, ils enregistreront quelques célèbres duos. Malgré toute l’admiration et le respect que Brassens, au sommet de son art, et sur les plus hautes marches, loin devant les autres, avait pour Charles Trenet, celui-ci a toujours gardé ses distances, et lui a refusé une main tendue, celle de l’amitié. Pierre Nicolas, contrebassiste ayant accompagné les deux, dira : l’un était mon ami, l’autre un patron. En duo ou seul, Georges Brassens à interprété Boum – En quittant la ville j’entends – J’ai connu de vous – J’ai ta main -La route enchantée – Le soleil et la lune – Pigeon vole –   Le grand café – Petit oiseau – Terre – Tout est au Duc – Verlaine – Vous oubliez votre cheval Vous êtes jolie. Surnommé Jaboune, de son vrai nom Jean-Marie Legrand, Jean Nohain ( 1900 – 1981) organisera après la guerre de 39/45 la fameuse émission télévisée « 36 Chandelles », sera le parolier de Mireille, pianiste et compositeur de musique. Leurs premiers interprètes furent Pills et Tabet, qui prendront à leur répertoire Couchés dans le foin en 1933. Jean Sablon sera celui qui assurera leur succès international avec Ce petit chemin en 1933, mais aussi Mon cœur est à toi - Vous êtes mon amour, admirable – Quand un Vicomte – C’est un vieux château – Le joli pharmacien – Les pieds dans l’eau…..Mireille ( Mireille Bert 1906/1996), a publié ses mémoires à la mort de Jean Nohain en 1981 : « Avec le soleil pour témoin ». Georges Brassens interprètera 
Le petit chemin – Puisque vous partez en voyage – Quand un vicomte.René Clair, né à Paris en 1898, décédé a Neuilly-sur-Seine en 1981, de son vrai nom René-Lucien Chomette, journaliste, parolier, puis scénariste…Il signera une trentaine de courts, moyens, longs métrages, dont Porte des lilas en 1957, avec Brasseur et Brassens. Avec Maurice Jaubert ( 1900/1940), musicien mort au front, lui aussi auteur d’une trentaine de musiques de films à son actif ( Nana de Jean Renoir, L’Atalante de Jean Vigo, Le quai des brumes de Marcel Carné) ils créeront A Paris dans chaque faubourg qu’interprètera Georges Brassens.

 

A suivre
Share

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>