Monthly Archives: June 2011

Georges Brassens et les chansons des autres ( 1/5)

Enregistrées ou non, fredonnées, essayées en maquettes, Georges Brassens a chanté en studio, chez lui, chez des amis, plus de 70  chansons d’auteurs et de compositeurs  de générations différentes avec une prédilection pour celui dont il avait une grande admiration et beaucoup de respect :  Charles Trenet, lequel a toujours affiché beaucoup de  distance avec Brassens, et une sorte de supériorité  dont  tout le monde  s’est rendu compte, mais qui, finalement ”collait”   parfaitement avec l’individu… 

Parmi toutes ces chansons, une à mon avis,  aurait pu être écrite par lui; il s’agit de Tu t’en iras les pieds devant.L’auteur, Charles Couyba ( 1866 – 1931) est né en Haute Saône. Journaliste, agrégé de philosophie, il se dirige dans un premier temps vers la politique. Conseiller Général puis sénateur, il est nommé ministre du commerce et de l’industrie en 1919, puis ministre du travail par Viviani, Président du Conseil, en 1914. Parallèlement, membre du groupe du  Chat Noir, il devint écrivain, poète, chansonnier, et publiera sous le pseudonyme de Maurice Boukay Chansons rouges - Chansons d’amour ( préface de Verlaine) et Nouvelles Chansons  ( préface de Sully-Prud’homme).

Tristan Corbière ( 1845-1875) dut sa notoriété, post-mortem, à Verlaine qui relança un recueil de poèmes totalement inconnu : Les Amours Jaunes . Brassens interpréta A la mémoire de Zulma dont le titre original est:  A la mémoire de Zulma, vierge folle hors barrière, et d’un Louis.   

Elle était riche de vingt ans  – Moi j’étais jeune de vingt francs -Et nous fîmes bourse commune, placé à fond perdu dans une éternelle nuit de printemps . Chanson reprise notamment par Monique Morelli en 2006 .

Auteur compositeur interprète, Jean Tranchant ( 1904-1972) écrivit d’abord pour Lucienne Boyer et Mariane Oswald, puis pour Marlène Dietrich, pour ensuite interpréter ses propres textes. Brassens chantera Les prénoms effacés , un slow-fox de 1936

Dans le creux d’un grand chêne – des fourmis rouges font la chaîne

Rongent, creusent, font mille efforts – contre le vieux géant qui dort

Il conserve de si beaux rêves – tant de jolis prénoms d’amants , qui disparaîtront lentement…. et Il existe encore des bergères.

Chanson populaire écrite en 1780, anonyme, parfois attribuée à Jean Baptiste Lully né à Florence en 1632, compositeur de musique et parolier, Georges Brassens a  repris  Au clair de la lune , qu’il devait déjà  certainement fredonner à l’école communale Saint Vincent de Cette.  Autre refrain connu, marche militaire du début du XVIIIème siècle dont le titre original est Le prisonnier de Hollande , Auprès de ma blonde  , attribuée à André Joubert du Collet en 1704 a été interprétée entre autres par Aristide Bruant, Marcel Amont, et Elvis Presley ( sous le titre de I love only one girl)  en 1966.

Ecrire des poèmes à vingt ans, c’est avoir vingt ans – en écrire à quarante, c’est être poète….disait Francis Carco ( 1886 – 1958) de son vrai nom François Carcopino-Tusoli,  journaliste, écrivain, poète, auteur de chansons. D’origine corse, né à Nouméa, il fréquente le Lapin Agile. Ami de Max Jacob, d’Apollinaire, d’Utrillo, de Modigliani et de Picasso, il devint critique artistique dans de nombreuses revues, publie des romans et des biographies ( Villon – Utrillo- Gérard de Nerval, Verlaine) Sa chanson Le doux caboulot ( musique de Jacques Larmanjat) sera interprétée par une multitude d’artistes, à  commencer par Marie Dubas en 1931 et Suzy Silidor en 1935.

Le doux caboulot – fleurit sous les branches – est tous les dimanches- plein de populo…..

                                                                                                                                                A suivre…..

                                              

Share